Le territoire de Ville Jacques-Cartier comprenait notamment

  • le secteur Coteau-Rouge, autour du chemin du même nom devenu le boulevard Ste-Foy, à l’histoire très mouvementée et dont la vitalité est illustrée dans le film éponyme d’André Forcier
  • le « centre d’achats » Jacques-Cartier, le premier sur la Rive-Sud, remplaçant en 1956 une piste de course de chevaux dans Longueuil-Annexe
  • l’Externat classique dit « de Longueuil », pourtant à Ville Jacques-Cartier, devenu le Cégep Édouard-Montpetit en 1967
  • le secteur Bellerive, construit à partir de 1957 par le promoteur Harmony Homes
  • le secteur Fatima, développé à l’est près du fleuve, à l’identité bien campée
  • l’usine de la Canadian Pratt & Whitney Aircraft Company Limited puis la boulangerie Weston
  • de nombreuses paroisses qui, avec l’aide de l’Oeuvre des Terrains de jeux et des Loisirs, ont structuré la vie des familles avant que de dynamiques organismes communautaires ne prennent le relais
  • des secteurs agricoles avec des bâtiments de ferme tels la maison Millette et la grange ronde, à l’emplacement de la Place Désormeaux, mais surtout au sud-est où de vastes espaces ont été consacrés plus tard à des développements domiciliaires tels Collectivité nouvelle et le Parcours du Cerf

VOUS VOULEZ EN SAVOIR DAVANTAGE SUR L’HISTOIRE DE VILLE JACQUES-CARTIER ?

PROCUREZ-VOUS LA RÉÉDITION DE JACQUES-CARTIER, UNE VILLE DE PIONNIERS 1947-1969, DE MICHEL PRATT

Étude par quartiers (paroisses) de l’ancienne ville de Jacques-Cartier, additionnée des entrées concernant cette municipalité dans le Dictionnaire historique de Longueuil.

Plusieurs photos. 300 p.

En vente au Marigot, à la librairie Alire et sur Amazon.

 

Extrait :

En prenant une marche dans les rues de Longueuil, certaines personnes ont pu remarquer cette enseigne évocatrice :  » Cité de Jacques-Cartier-Égout « . D’égouts ou d’aqueduc, il n’y en avait point en 1947 à Ville Jacques-Cartier. Pourtant, la population de cette municipalité était deux fois plus nombreuse et son territoire était beaucoup plus vaste que celui de sa voisine Longueuil. Mais de son histoire, celle de véritables bâtisseurs et pionniers, on n’en a point parlé.

L’image d’une pauvreté générale et celle du grabuge en période électorale ont contribué pendant longtemps à laisser dans le tiroir, cette riche histoire. Pourtant, c’est bien à Coteau-Rouge que se situe l’action du roman de Jacques Ferron, Le salut de l’Irlande. C’est aussi l’esprit de Coteau-Rouge que font renaître les personnages du meilleur film d’André Forcier, Le vent du Wyoming, et de Longueuil-Annexe que sortent les meilleures pages de Pierre Vallières dans Nègres blancs d’Amérique.

_____________________________________________________

Claude Gauthier, longtemps greffier de cette municipalité, a rédigé les deux tomes du livre Ville De/Cité De Jacques-Cartier, paru dans la collection Société historique et culturelle du Marigot aux Éditions Histoire Québec en 2002. Le second tome, portant sur les années 1960 à 1969, est en vente au Marigot au prix de 15 $.